top of page

Rapport de L’IGAS : il est temps d’agir

L’Unité Pour l’Ostéopathie (UPO) prend acte des termes du rapport IGAS relatif à « L’évaluation de la procédure d’agrément et des capacités d’accueil des établissements de formation en ostéopathie et en chiropraxie et propositions d’évaluation » publié le 24 mai 2023.

Ce rapport révèle l’hétérogénéité qualitative des établissements de formation en ostéopathie, et l’incapacité des pouvoirs publics à imposer jusque-là le respect de la réglementation à l’ensemble des établissements de formation en sanctionnant d’un retrait d’agrément ceux d’entre eux qui se sont installés dans un écart récurrent à la norme ; il relève également certaines causes de ce dysfonctionnement, et fait des propositions d’évolution de la réglementation.

L’UPO regrette que ce rapport omette, en contrepoint d’un constat sévère mais réaliste sur certaines dérives, de souligner qu’une partie significative des établissements de formation s’inscrit dans le respect rigoureux du cadre réglementaire ambitieux et sans équivalent européen fixé en 2014 dans une démarche conjointe du gouvernement et de la profession. L’UPO rappelle qu’elle dénonce depuis plusieurs années la plupart des dysfonctionnements décrits dans le rapport IGAS et qu’elle a à ce titre développé un dispositif de certification des établissements de formation avec Bureau Veritas Certification.

Bien que l’UPO approuve plusieurs recommandations formulées par l’IGAS, elle est interpelée par celle relative à l’intégration de l’ostéopathie dans le titre IX du Livre III du Code de la Santé Publique parmi des professions dont le champ de compétence et d’exercice ne présente pas d’éléments communs avec celui des ostéopathes.

L’UPO adhère à la nécessité d’une réforme de la procédure d’agrément, et soutiendra toute proposition de nature à conforter la qualité de la formation des ostéopathes, que 20 millions de français consultent chaque année, en faisant ainsi une profession, d’ores et déjà ancrée dans le parcours de soins de ville, à haut niveau de responsabilité grâce à un cursus de près de 5 000 heures.


59 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page